Interviews d'Agents d'Entretiens

Interviews d'Agents d'Entretiens

Les interviews qui balaient les idées réçues

Agents d'Entretiens

Quel est le dénominateur commun entre un chef cuisinier 3 étoiles, un philosophe des sciences, une enseignante pour enfants non-voyants, l'artiste peintre H.R. Giger ou un moine benedictin ? Ils ont tout simplement des choses extraordinaires a nous raconter ! Sans parti pris, Agents d'entretiens votre portail d'interviews en podcast, recueille les confessions de la bénévole de votre quartier comme celles de la star de la chanson ou du ballon ovale. Parce que la vie, comme l'avis, des autre...

En cours de lecture

Raphaël Sévère, si juste !

Bien que les organisateurs de concerts classiques, au sens le plus littéral et restrictif du terme, limitent hélas quasi exclusivement la clarinette au seul et certes célébrissime concerto de Mozart, le jeune fer de lance français et virtuose de l’instrument, Raphaël Sévère, tente au mieux de mettre en lumière le merveilleux répertoire du XX e siècle qui, de Copland à Bernstein, Nielsen ou Lutoslawski ont su si brillamment rendre hommage à une clarinette trop souvent dans l’ombre. Depuis un an, considéré comme « non essentiel » aux yeux de nos instances gouvernementales qui imposent à la musique un silence moribond, Raphaël Sévère tire le signal d’alarme sur une situation qui laissera, en profondeur, des traces indélébiles sur un monde de la culture, grand oublié de cette crise pandémique.

En cours de lecture

Philippe Cassard, onde de choc !

Soliste, homme de radio qui, sur France Musique, nous communique son amour du texte et des grands interprètes, magnifique accompagnateur des voix angéliques, entre autres, de Christa Ludwig ou Natalie Dessay, biographe, chambriste… Philippe Cassard est un caméléon dont le talent protéiforme s’exprime avec un égal brio quel que soit le domaine abordé, guidé par son amour viscéral de la musique et ce désir de partage qui l’anime. Si, au fil des enregistrements discographiques et des écrits, Philippe Cassard s’est imposé comme LE spécialiste incontesté de Schubert et de Debussy, le limiter à ces deux seuls compositeurs serait faire affront à l’élève de Dominique Merlet et Nikita Magaloff dont l’éclectisme se veut le maître mot. On air !

En cours de lecture

Marie-Josèphe Jude, le voyage intérieur

La musique est une langue universelle en laquelle Marie-Josèphe Jude a très tôt trouvé refuge pour libérer des sentiments intériorisés, les touches de son piano se muant en parfait territoire d’expression. La regarder jouer les yeux fermés, dans un état presque hypnotique, suffit pour comprendre que la musique est d’abord un merveilleux voyage intérieur dont Marie-Josèphe Jude se nourrit et ce depuis qu’à l’âge de cinq ans l’enfant prodige a intégré le Conservatoire de Nice s’adonnant avec la même aisance naturelle au piano et à la harpe. Aujourd’hui concertiste de renom international et professeure au Conservatoire national de Paris, Marie-Josèphe Jude nous délecte de ses deux merveilleuses langues maternelles pianistiques entre musique romantique et compositeurs français de Debussy à Dutilleux, Ohana ou Ravel. Prêts pour le voyage !

En cours de lecture

Trio Karénine, la nuit leur appartient !

Pousser le registre émotionnel à son paroxysme, donner au sentiment un caractère extrême, qu’il s’agisse d’amour ou de souffrance, voilà bien la clé de voute d’une âme slave qui ne connaît pas la demi-mesure. C’est de cette âme slave dont le trio Karénine et son évidente référence à l’œuvre de Tolstoï, composé de Paloma Kouider au piano, Louis Rodde au violoncelle et la nouvelle venue, Charlotte Juillard au violon s’inspire pour, dans ses choix discographiques, mettre en perspective des compositeurs, des œuvres. Pour preuve, leur dernier né, « La Nuit Transfigurée » de Schönberg, s’avère une parfaite allégorie à la noirceur d’une vie rythmée par la pandémie, une musique d’urgence absolue et une magnifique déclaration d’amour où, bien avant le dodécaphonisme, on perçoit chez Schönberg les influences de Wagner et de Brahms. La nuit je mens…

En cours de lecture

Eyehategod, l’oeil était dans la tombe…

Etre fan de Eyehategod, c’est d’abord faire montre d’une patience à toute épreuve tant les albums du combo de Louisiane se font rares. Ne boudons donc pas notre plaisir à l’aune de “A History of Nomadic Behavior”, nouvel opus des pionniers du sludge metal, même si le quintet préfère s’abroger de cette étiquette trop réductrice à leurs yeux. Parfait trait d’union entre Black Sabbath et Black Flag, c’est tout de noir vêtu que se parent les textes de EHG où les thèmes d’addiction aux drogues, de dépression et de haine sont au cœur des débats. N’est pas rock qui veut ! Gary Mader, bassiste des hommes de la Nouvelle-Orléans, revient sur cette dernière naissance aux forceps. Ouvrez l’œil !